Fiche élevage => Boas constrictor SPP par dusnake

Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Aller en bas

Fiche élevage => Boas constrictor SPP par dusnake

Message  chris42210 le Jeu 21 Jan - 21:10

BOA CONSTRICTOR CONSTRICTOR
BOA CONSTRICTEUR (ou constrictor)


A – L’ANIMAL


1. BIOTOPE D’ORIGINE


Le Boa constrictor vit sur une large palette climatique qui part du Nord du Mexique à l’Argentine, en passant par un climat semi continental, tropical jusqu’à un climat équatorial.
Le biotope peut se constituer de Forêts et végétations subtropicales, de forêts et de montagnes tropicales humides, de steppes et de prairies, de forêts pluviales, de végétation de zones semi-arides, voir arides. Au Sud de l’Argentine, il peut même être contraint à l’hibernation.

2. ASPECT

La robe va du beige clair (voir crème) au brun, en passant par des tons rosés, l’animal est recouvert de motifs transversaux plus foncés (brun à rouge sang sur l’extrémité caudale) qui contrastent avec le reste de la robe. Cet effet de contraste est particulièrement accentué chez le Boa constrictor constrictor et quasi inexistant à l’âge adulte chez le Boa constrictor imperator.
Les motifs sont déclinés sur 3 zones :
· le ventre est blanc tacheté de noir et de rose ou de brun sur les écailles ventrales
· le dos est recouvert de motifs transversaux parfois disposés en quinconce par rapport aux motifs des flancs (chez certains individus on a l’illusion optique d’une ligne de séparation flanc dos).
· Les flancs présentent des motifs concentriques en anneaux.
Aux 2/3 du corps les motifs des flancs ou du dos se rejoignent et se complètent avec une accentuation des contrastes générée par la couleur rouge sang des motifs laissant apparaître plus claire encore le reste de la robe. Cette variation du brun au rouge au 2/3 et jusqu’à l’extrémité caudale est particulière à l’espèce.

La tête est triangulaire, une bande plus foncée sur le dessus la coupe dans le sens de la longueur, des bandes brunes, une de chaque coté, triangulaire, partant de la pointe du nez jusqu’au cou, dessinent des joues et traversent les yeux, le motif étant repris avec une belle continuité par l’iris. De ce fait les yeux sont camouflés dans les motifs de la tête.

La pupille est fendue et se fait discrète au milieu du motif de l’œil.

3. TAILLE

Taille : 2,00 m à 3,50 m, voir 4,00 chez les individus record

4. COMPORTEMENT

Mue : 1 fois tous les 2 mois chez l’adulte, 1 fois par mois chez les jeunes

Boisson ; apprécie la baignade et boit par gorgée dans sa piscine, refuse l’eau souillée.

Facile : De facile à stresser, aussi variable que les biotopes d’origine, c’est un animal souvent calme et non agressif mais qui peut devenir sans raison agressif du jour au lendemain, d’une minute à l’autre, sur un simple stress ou une mauvaise manipulation ou même sur rien du tout. Il est souvent « timide ».
Arboricole : semi arboricole, il apprécie les branches bien qu’il se terre souvent dans sa planque au sol où qu’il soit capable de passer des heures dans sa piscine.






B – INSTALLATIONS

1. TAILLE

Pour un jeune adulte de taille moyenne (1,50 mètres, 2 kg), le terrarium mesure 60 cm de large sur 1,00 m de long et 70 cm de hauteur. Le terrarium est aéré par 2 grilles sur le dessus, une de chaque coté et l’ouverture se fait par un couvercle sur le toit (au milieu des grilles). Ces dimensions doubleront lorsque l’animal sera adulte et en couple, il faudra alors envisager un terrarium d’environ 2 mètres de long sur 1,20 de large et 1,50 de haut avec vaste piscine et branches solides. Ce terrarium existe déjà et sert de terrarium de croissance au python molure.

2. TEMPERATURE

De 28 à 30° C, il n’aime pas chuter en température mais s’acclimate bien à 28° C alors que l’école française prône des températures de 32 à 35° C qui, à mon avis, ne sont pas justifiées par les biotopes d’origine.

3. ACCESSOIRES

1 câble chauffant de 50 W
1 piscine de 15 cm de largeur et 30 cm de longueur sur 20 cm de hauteur
1 cachette totalement close à l’exception d’une porte d’entrée large
1 branche solide

4. ECLAIRAGE

1 néon 60 W
Pas d’U.V.


5. HORAIRES

Lumière et chauffage toute l’année de 8 heures à 20 heures, il est possible de baisser la lumière, voir la température pendant la saison des pluies du biotope (reproduite entre décembre et mars). Ce n’est pas indispensable et c’est une procédure à mener avec prudence.

6. LITIERE

1 jeu de moquettes lavables en machine. Les moquettes de type « gazon » résistent à 60° C et au lavage en machine.

7. HYGROMETRIE

Pas de pulvérisation, il supporte bien une atmosphère sèche, ce qui évite le développement des champignons. Attention aux animaux qui passent trop de temps dans l’eau et qui finissent très vite par baigner dans un jus de bactéries. On peut limiter la baignade à 1 jour par semaine, ou, solution intermédiaire, 1 jour sur 2 avec changement de l’eau.






C- ALIMENTATION


1. RYTHME

Juvéniles A la naissance, 1 petite souris sub-adulte fraîchement assommée, 1 fois par
semaine
Progressivement, passer à la souris adulte et au rat de 15 jours à 6 semaines

Sub-adultes Rats sub-adultes, rates adultes. Proies de 200 à 350 grammes

Adultes Rats mâles adultes. Proies de 600 à 700 grammes
Petits poulets, petits canards, cochons d’Inde.

2. NATURE

Proies Oui
Vivantes Non, ou innocentes (jeunes proies, proies assommées)
Vitamines Injectées dans la proie, je préfère sur vitaminer les proies



D – REPRODUCTION

1. PERIODE

A priori presque toute l’année, avec des naissances concentrées sur la saison des pluies

2. GESTATION (et rétention de sperme)

Durée : de 4 à 8 mois

Comportement : La femelle est disponible toute l’année en théorie, en pratique cette espèce fait une portée de 10 à 30 petits, une fois par an. Elle est ovovivipare, les petits naissent donc enveloppés d’une membrane transparente qui est immédiatement percée. Ils sont formés à
100 % et l’incubation à l’intérieur de cette membrane se fait à l’intérieur des oviductes de la mère. Le fait garantit le bon niveau d’humidité et de chaleur dans les limites de la thermorégulation de la mère.

Préparation : La mère devra être isolée, même si pour cela le terrarium est plus petit. Devront rester à sa disposition piscine et cachette sur une litière de tourbe, voir de tourbe humide (la tourbe est acide et le risque de développement bactérien très réduit).
Quelques jours à quelques semaines avant l’expulsion des serpenteaux, la mère arrête de manger. L’expulsion se fera très souvent quelques jours après une dernière mue. Elle est fortement handicapée par des petits déjà très développés et la taille des proies présentées pendant la gestation diminuera en fonction que l’handicap de la femelle s’accentuera.

Après la naissance, la mère devra être nourrie et vitaminée comme une convalescente, avec de petites proies faciles à digérer. Avant la naissance la mère peut être complémentée pour la mettre à l’abri des carences (minéraux et vitamines) dues à la fabrication du vittelium


3. INCUBATION

Pas d’incubation externe

4. NAISSANCES

Le serpenteau pèse 50 à 100 grammes environ, il est entièrement conformé et prêt à démarrer son existence. Il doit déchirer sa membrane protectrice avec son museau avant d’acquérir son indépendance à 100 %.

Son premier habitat reste une petite boite d’environ 50 cm de long sur 30 de large et 20 de haut, la litière de copeaux lui permet de s’enfouir et un bout d’écorce lui servira de cachette. Un bol fera une très bonne première piscine.

Son premier repas pourra lui être présenté quelques jours après la naissance, plutôt l’après-midi. Si il ne mange pas, il lui sera proposé le même repas 1 fois par semaine, toute une nuit, ce pendant 3 à 5 semaines. Pour générer un réflexe de prédation sans risque pour l’animal, on peut lui présenter un raton vivant et innocent de 5 à 10 jours en fonction de la taille. Le gavage restera l’exception au bout de plusieurs semaines d’échec et aux premiers signes de faiblesse. (il faut varier les proies : ratons, souriceaux)

5. CROISSANCE

Le serpenteau atteindra sa taille adulte en 4 à 5 ans de temps, au delà, il grandira doucement et pendant toute sa vie (quoique très stable après 7 ans).
Il sera lui-même adulte sexuellement au printemps de sa troisième année. De nombreux boas ne se reproduisent qu’au bout de plusieurs années (4, 5 voir 6 ans). Le biotope d’origine et le climat favorisant ou non la croissance rapide de l’animal détermine probablement génétiquement la maturité sexuelle.



E – HIBERNATION

Pas d’hibernation. Eventuellement un ralentissement des fonctions vitales à peine perceptible.




F – SOINS

1. PARASITES

Les boas constrictors sont à 95 % issus d’élevages locaux et ne nécessitent pas de déparasitage.

2. PREVENTION ET CONTROLES

La prévention consiste à respecter toutes les règles de sécurité, le contrôle intervient en cas de baisse d’appétit ou de signes perceptibles (agitation extrême, tremblements, détresse respiratoire, bulles sur les narines, cloaque protubérant, pustules sur les écailles, mues aberrantes ou tout signe de changement dans l’aspect ou le comportement de l’animal).

Le diagnostic et le traitement restent dans le domaine de compétence du vétérinaire spécialisé .
avatar
chris42210
corallus caninus
corallus caninus

Messages : 982
Date d'inscription : 21/01/2010
Age : 37
Localisation : Dans notre bon vieux forez....

Voir le profil de l'utilisateur http://terrario42loire.forumactif.com

Revenir en haut Aller en bas

Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Revenir en haut

- Sujets similaires

 
Permission de ce forum:
Vous ne pouvez pas répondre aux sujets dans ce forum